aller au contenu

Mon guide médical

Chirurgie de l'obésité

La chirurgie "bariatrique" - "psychiatrique" ?

La chirurgie "bariatrique" - "psychiatrique" ?

La chirurgie "bariatrique" est-elle donc une déviance de la chirurgie, comme la lobotomie était, dans les années 50, une déviance de la neurochirurgie "psychiatrique" ?                               


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                  "La chirurgie bariatrique est un type de chirurgie consistant à restreindre l'absorption des aliments, diminuant, de fait, l'apport calorique journalier afin de lutter contre l'obésité" (déf. Wikipédia).

Dérivé de bariatrie, composé du grec βάρος, baros (« poids »), et de ιατρός, iatros (« médecin » → voir -iatrie), avec le suffixe adjectival -ique (déf. Wiktionnaire).

                                   La chirurgie "bariatrique" est une activité spécialisée de la chirurgie qui consiste à modifier ou enlever de grandes parties du tube digestif afin de permettre l'amaigrissement des grands obèses (... Encore que la limite de la "grande obésité" soit floue pour certains intervenants). Différentes techniques existent. Le principe est cependant toujours le même : empêcher, celui qui ne peut s'empêcher d'absorber de grandes quantités de nourriture, d'absorber et/ou d'assimiler tout ce qu'il a ingurgité ! Ne pouvant maîtriser son centre de la faim ou de  la satiété, le médecin (le suffixe " iatros " le signale bien) effectue, dans le corps du "candidat-obèse", une modification ou une mutilation de certains organes afin de palier à son manque de volonté et/ou son manque de culture diététique ! L'intervention du médecin est donc déterminante et se substitue à la volonté défaillante du patient : on agit par le médecin et non par soi-même. Le médecin devient l'outil "barbare" et sanglant du patient  qui n'arrive pas à influer sur son comportement ...

                                   La chirurgie "bariatrique" est-elle donc une déviance de la chirurgie, comme la lobotomie était une déviance de la neurochirurgie "psychiatrique" ? On pourrait répondre dans l'affirmative car le principe est toujours le même : guérir avec ou contre son gré, avec son accord parfois forcé, un patient récalcitrant à nos recommandations nutritionnelles et nos injonctions thérapeutiques.... "il n'y a pas d'autres solutions pour vous que la chirurgie". Cette phrase place le patient devant un mur qui l'accule à cette solution chirurgicale, souvent définitive. L'explosion croissante des "by-pass" démontre la facilité dont aucuns ont recours, sous l'œil bienveillant du chirurgien, assisté de l'endocrinologue, du psychologue, de la diététicienne, du kiné qui confirment bien l'incapacité du patient à maigrir par leur régime ou leur méthode.

                                  La plus abominable de ces situations est celle du patient à qui l'on refuse cette éventualité, perçue comme une opportunité, pour poids insuffisant ou BMI en dehors des critères : le patient ne trouve rien de mieux que d'entamer des orgies de nourriture pour aboutir au poids fatidique d'autorisation pour l'opération ! Il est à se demander si toutes ces nouvelles "Cliniques du Poids" qui fleurissent dans toute la Belgique ne seraient pas l'entonnoir et le creuset pour la chirurgie hospitalière ?

Vu les risques connus et méconnus à court et à long terme de l'obésité,                                                                                                                                la chirurgie bariatrique est-t-elle l'ultime recours ? ...

Vu les risques connus et méconnus à court et à long terme de la chirurgie,                                                                                                                            la chirurgie bariatrique se justifie-t-elle ? ...

Vu les risques connus et méconnus à court et à long terme de la malabsorption chronique, de l'insuffisance en apports énergétiques, en micro-  et macronutriments, existe-t-il un suivi strict au niveau cognitif des patients opérés ? Quelles sont les répercussions tardives au niveau cérébral ? Certains se plaignent de troubles importants de la mémoire ? Existe-t-il une statistique précise de l'impact neuropsychique de ces interventions ?

                                                                    

                                    Une réflexion globale inter-universitaire est indispensable avec un consensus et une dimension éthique sur les indications réelles d'une telle chirurgie mutilatrice.

                       

                                    Commentaires de Mlle Di Giacomo Margaux (étudiante en 1° Doctorat de Médecine) qui a effectué un stage en chirurgie : " Ce stage a également suscité une question importante : un médecin peut-il refuser catégoriquement un traitement pour ses patients pour des raisons à la fois personnelles et logiques ? En effet, j’ai pu assister à des consultations dans le cadre d’une chirurgie bariatrique. Elle est, pour ma part, contre-productive. Ou plutôt, elle masque le problème, un peu comme de mettre du rose aux joues des pommettes d’un mort. En effet, les problèmes de poids tels que nous les connaissons à l’heure actuelle trouvent leur source dans les travers de notre société de consommation. Ne serait-il pas plus juste, mais bien entendu plus difficile, de proposer au patient de réapprendre à se connaitre afin de mieux ressentir ses véritables besoins. Car il y a bien sûr une perte quantitative de masse corporelle suite à ce genre d’opération. Le patient ne mange pas pour autant mieux et ne pratique pas plus de sport. Où est donc la qualité ? Y a-t-il réellement des bénéfices pronostiques ? Car le patient mange moins, mais moins de TOUT. Et tous les aliments ne sont pas néfastes, bien au contraire. Pire encore, le patient ne sait plus manger en grande quantité et peut modifier ses repas vers de la nourriture plus facile, plus coulante et donc plus grasse et donc de piètre qualité encore." [ Di Giacomo Margaux ]

 

Doc.

 

 

 

Créé par :  Docteur DI GIACOMO Nicolas

Date de publication :   16/05/10
Date de modification :  16/12/12
 
 

Carte de visite

Docteur DI GIACOMO Nicolas

MEDECIN NUTRITIONNISTE

En savoir plusContactez-moi


Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale